Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au collège
  • Au collège
  • : Je suis professeur d'histoire-géographie au collège Félix-Djerzinski de Staincy-en-France. Ce métier me rend malade et il fait ma fierté. Avant d'en changer, je dépose ici un modeste témoignage.
  • Contact

Compteur

Recherche

16 décembre 2007 7 16 /12 /décembre /2007 23:03


Sonnet

Les avions volent bas, mais sans nous bombarder.
Il ne faut pas se plaindre. Ca pourrait être pire.
Un préadolescent, perdu dans son délire,
Exalte Ben Laden et nous envoie tous chier.

Pourtant la guerre est loin, la matinée tranquille
Dans mon bahut de ZEP du féroce 9-3.
Ce n'est pas le djihad, c'est l'ennui qui est roi
Et la laideur aussi dans les murs imbéciles.

La pauvreté somnole entre les HLM
Sous les vols destinés à Bali ou Belem
Et je regarde au ciel leur trafic ordinaire.

On se tait, assourdis par le bruit des moteurs.
J'ai parfois l'impression que tous ces gros porteurs
Vont nous parachuter de l'aide humanitaire.


Partager cet article

Repost 0
Published by Devine
commenter cet article

commentaires

Anna F. 20/12/2007 16:44

merci d'avoir pris le temps de me répondre. je vous ai lu très attentivement.

Anna F. 19/12/2007 17:21

j'ai écouté France Inter et cru percevoir quelques uns  de vos rêves, écrire entre autre, et vous avez aussi parlé de la transmission .... c'est ce qui m'a donné envie de vous rendre visite.mais pourquoi ce métier vous rend-t-il malade ??

Devine 20/12/2007 15:02

Ce métier me rend malade parce que... oui, c'est vrai que le terme est un peu exagéré aujourd'hui. Il était justifié lors de ma première année d'enseignement au collège. Les 75 minutes que je passais dans les transports en commun n'étaient pas suffisants, alors, pour évacuer le stress, la colère et la frustration que j'éprouvais face à certaines de mes classes. Aujourd'hui, je suis plus respecté par mes élèves, et j'ai appris à prendre les choses avec plus de distance. Mais ça reste dur. On bosse vraiment, contrairement à une légende tenace (personnellement, j'évalue la durée hebdomadaire de mon travail à 45 heures au moins, car il faut ajouter, au temps que nous passons devant les élèves, celui que nous passons à préparer nos cours, à goupiller des projets, à corriger les copies, à recevoir les parents d'élèves, à abattre de la paperasse, etc). Et les résultats de ce travail sont souvent impalpables. Par ailleurs, ceux à qui nous donnons toute cette énergie et tous ces efforts de notre jeunesse n'éprouvent à notre égard aucune espèce de gratitude, mais bien plus souvent de l'hostilité, de la méfiance ou une indifférence un peu ironique. Et je pourrais aussi sortir les violons en évoquant l'absence de reconnaissance sociale, l'apathie morose de notre administration, l'usure physique -mine de rien, rester debout sept heures dans la journée, en étant obligé de hurler tous les quarts d'heure en moyenne, ça creuse les rides...Bref, c'est un beau métier, que j'exerce par choix, mais il n'a vraiment rien d'une sinécure.

shakti 19/12/2007 00:00

Joli sonnet ; sympa de t'entendre ce matin ;-)

Devine 20/12/2007 14:50

Merci ! Je ne t'ai pas (encore) laissé de commentaires, mais j'ai bien aimé ta série des "Dix commandements".

Heiner Wittmann 18/12/2007 09:28

A la suite de l'émission d'Alexandre Boussageon sur France Inter, j'ai découvert votre blog et j'en ai parlé à nos éléves et professeur sur mon blog:  > www.france-blog.info. J'ai un grand plaisir de découvrir, en lisant votre blog, la richesse de la vie de votre collège.w.

Devine 20/12/2007 14:45

Danke schön, Herr Wittmann. Je suis très honoré d'être lu par vos élèves. J'espère de tout coeur que ce que j'écris n'amoindrira pas leur intérêt et leur affection pour la France.Bien à vous.

zelda 17/12/2007 00:34

Excellent !Sauf ce vers atroce : "Exalte Ben Laden et nous envoie tous chier."On peut y détester à la fois le fond, le style, et la métrique.Ça fait beaucoup pour un seul vers, non ?

Devine 20/12/2007 14:43

Ah moi j'aime bien ce vers. Je trouve que ce n'est pas le plus mauvais des quatorze. Le fond correspond à des réalités observées ; le style est fidèle au fond ; quant à la métrique, il faut que vous me disiez ce qui cloche.