Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au collège
  • Au collège
  • : Je suis professeur d'histoire-géographie au collège Félix-Djerzinski de Staincy-en-France. Ce métier me rend malade et il fait ma fierté. Avant d'en changer, je dépose ici un modeste témoignage.
  • Contact

Compteur

Recherche

28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 18:59

Les élèves de sixième rentrent dans la classe. Deux mots du cours de quatrième sont restés écrits au tableau. « C’est qui James Watt ? » demande Mike. « Ben c’est l’inventeur de la machine à vapeur », répond Ganeshkumaar aussi sec. J’en reste bouche bée. Je ne devrais pourtant pas être surpris. Voilà environ trois mois que je ne trouve plus la moindre erreur dans ses copies. Premier de la classe avec 19,8 de moyenne en histoire-géo, premier du collège avec 18,1 de moyenne générale. Poli, gentil, toujours prêt à rendre service. D’une famille très pauvre, originaire de Pondichéry. Ses deux sœurs aînées étaient sorties du même moule. Lors du dernier conseil de classe, je lui ai demandé avec gourmandise : « Il y a d’autres enfants plus jeunes dans ta famille ? » Mais malheureusement, non. –Et maintenant, je me rends compte que, sans avoir entendu la leçon, il en sait plus que la moitié de mes élèves de quatrième sur la Révolution industrielle. Nous avons de la chance que les parents, par ailleurs catholiques pratiquants, n’aient pas assez de sous pour l’envoyer dans le privé.



Onze heures vingt : des hurlements retentissent dans le couloir, des portes claquent. Je passe une tête curieuse et inquiète. Cindy-Lou pique une crise de nerf. C’est la cinquième ou sixième de l’année. J’apprendrai un peu plus tard qu’elle n’a pas été punie. Les CPE, la direction semblent considérer que son psychisme fragile requiert quelque ménagement. Du coup, c’est celui qu’elle a désigné comme le provocateur qui écope d’une heure de colle. Les autres élèves viennent se plaindre : « Ouais, Cindy-Lou, elle fait peur, alors du coup elle se permet n’importe quoi et y lui arrive jamais rien. » Je ne peux que les assurer de ma compréhension. J’aimerais la mettre une semaine à la porte du collège, qu’elle refroidisse. Mais ce genre de décision ne m’appartient pas.



Il est vrai que d’autres évènements se déroulent au même moment dans notre bel établissement. A la cantine, je me fais tout raconter. Contexte : des ados électrisés par les bagarres inter-cités ; chez les garçons, un taux de testostérone à son zénith. Deux élèves « jouaient » dans le couloir à se mettre des balayettes. L’un d’eux, plus habile, réussit à mettre son camarade à terre. Aussitôt, une bonne vingtaine de grands garçons se précipitent pour profiter de l’aubaine et rouent de coups le gamin. Ils visent la tête, la nuque. On disperse la joyeuse bande. Les pompiers arrivent et emportent la victime sur un brancard, son cou pris dans une minerve.

Mme Moutechaud, professeur d’espagnol, récupère sa classe surexcitée. Ils ont tout vu, ils y étaient ; il est même certain que plusieurs ont mis la main à la pâte. Elle renonce à faire cours et demande à chacun d’écrire sur un bout de papier son témoignage. Ce qu’elle ignore encore, c’est que les cogneurs se sont rapidement mis d’accord sur une version commune. Ils accablent un camarade de classe, qui pourtant n’a strictement rien fait. L’accusé innocent, fou de rage, donne un violent coup de poing dans le mur. Fracture ouverte du poignet. Il hurle. Les pompiers, qui fort heureusement n’avaient pas encore quitté l’établissement, ont toutes les peines du monde à lui administrer un antalgique.

La prof pique une crise de larmes. Elle nous explique après avoir repris son calme que ce n’est pas le spectacle de la souffrance physique qui l’a fait craquer. C’est celui de la veulerie des accusateurs.




Moi. –Eh mais Camélia, qu’est-ce que tu fais, là ?
Camélia. –Ben v’voyez bien, jrentre en cours.
Moi. –Certainement pas. Je t’ai dit que je ne t’accepterai plus tant que tu ne m’auras pas fait d’excuses.
Camélia. –Ouah, vous m’avez jamais dit ça !
Moi. –Eh bien je te le dis maintenant. Te voilà informée.
Camélia, sans me regarder et en mâchant son chewing-gum. –Je m’excuse. C’est bon, jpeux rentrer là ?
Moi. –Non. Je voulais parler d’excuses écrites. Quelque chose de réfléchi et, autant que possible, sincère.
Camélia. –Ah bah non, si c’est comme ça…
Et elle s’en va.
J’avais demandé que cette élève, insupportable et qui m’a plusieurs fois insulté, soit punie. Elle ne l’a pas été et ne le sera pas. La CPE la trouve sympathique et j’ai l’impression qu’elle la protège. Et puis au fond, insulter un professeur, dans un établissement où on voit des scènes de lynchage, c’est bénin.
J’espère au moins que je réussirai à barrer l’accès de mon cours à cette connasse de Camélia jusqu’à la fin de l’année. Il serait assez cocasse qu’on vienne me reprocher de l’empêcher de satisfaire à l’obligation légale d’assiduité scolaire.

Moi. –Ibtissem, tu peux te calmer ?
Ibtissem. –Mais c’est Otman, msieu ! Il est tout le temps retourné et il fait que des conneries.
Moi. –Otman, tu peux arrêter trente secondes ? Tu sais, au début de l’année, je te croyais intelligent, maintenant je me pose des questions.
Otman, sans trace de gêne. –Eh mais rgardez, msieu. Voilà, pour rire jlui fais ça. (Il lève les yeux au ciel jusqu’à ce qu’on n’en voie plus que le blanc). Et elle elle dit que si je continue jvais devenir aveugle. C’est pas vrai, hein ?
Moi. -Merci Otman. Maintenant, je ne me pose plus de questions.

Moi. –Et le principe du vaccin, c’est de stimuler les défenses naturelles qui sont en vous, et qui s’appellent…
Un bon tiers de la classe. –Actimel.
Je suis, de nouveau, bouche bée. Et je pense en même temps : voilà un publicitaire qui a bien fait son travail. Grâce à lui, le travail de Pasteur est beaucoup moins connu que celui de Danone.




A la fin de la journée, dans ce qui ressemble de plus en plus à un débriefing d’état-major, madame Léostic analyse les évènements de la journée.
-On a fait ce qu’on a pu, mais malheureusement, la violence est en train de rentrer dans l’établissement. Les bagarres entre cités continuent, on ne sait même pas pourquoi. Il paraît qu’il y a des affaires de cœur là-dessous. C’est West side story.
-Sauf que nos élèves chantent et dansent nettement moins bien.
-C’est vrai. Alors Picasso est en guerre avec Robespierre, Einstein avec Victor-Hugo…
-Et la cité Léon-Blum ?
-Ah non, Blum reste bien calme, c’est entièrement tenu par le bizness là-bas. –Ce qui rend les choses particulièrement dures, pour les policiers comme pour nous, c’est que plus personne ne veut parler. Le dernier jour, la BAC a réussi à coincer dans un bus une quarantaine de voyous, et le véhicule a été ramené sous bonne escorte jusqu’au commissariat le plus proche. A l’arrivée, le sol du bus était jonché d’armes par destination, barre de fer, tournevis, cutters, marteaux, etc. Mais personne n’a rien reconnu, et finalement il n’y a eu au terme de la garde à vue qu’une seule et unique mise en examen. Des policiers expérimentés menaient les interrogatoires, ils avaient en face d’eux des élèves de sixième ou de cinquième ; et bien ces petites gamins qui n’ont pas encore de poils au menton leur tenaient tête comme de vieux briscards. Ils disaient juste : « La dernière fois, Picasso a battu Robespierre, maintenant c’est la revanche, c’est normal. » Et surtout, ils refusaient catégoriquement de dénoncer qui que ce soit. Je ne sais pas si c’est par crainte ou pour une autre raison…
-Ah mais je pense que la crainte est une explication très, très secondaire de leur mutisme. Depuis des années et des années, les caïds de quartier répètent que dénoncer, c’est commettre la pire faute qui soit. Maintenant, c’est entré. Tout le monde ou presque l’a admis chez nos élèves. Au fond, on est tombé sur de meilleurs pédagogues que nous !




Ma femme refuse que notre fils regarde des dessins animés trop violents. « Mais moi j’aime la violence ! » pleure-t-il. Il est en pleine période « superhéros ». Il s’est lui-même transformé en Pingouinman.




Ah oui, au fait : on a gagné !


Ça n’aurait pas mérité une petite journée fériée, ça ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Devine
commenter cet article

commentaires

choufarci 29/05/2008 19:55

Marie, franchement , crois-tu qu'un collège Félix Djerzinski puisse exister dans notre belle République ???? ^^  Euh...;défi: chercher Staincy en France dans un atlas. ^^

Marie 29/05/2008 19:08

Bonjour, cher collègue,je viens de découvrir ton blog.Je viens aussi d'apprendre que la tendance est à la censure des blogs.Tu dis explicitement où tu enseignes, tu nomme les personnes impliquées... la prudence recommenderait de ne pas tout dévoiler.J'espère que tu ne prendras pas mal ces remarques.Merci de nous faire partager ton vécu... si réaliste.Marie, aussi prof d'Histoire-Géo

Delphine Dumont 29/05/2008 15:51

De billet en billet, à vous lire, je sens que toutes vos illusions sont parties en fumée et qu'il ne vous reste que votre foi en votre ancienne foi de débutant pour tenir.A moins que ce ne soit qu'un grand besoin de grandes vacances ? :)

before 29/05/2008 14:44

A propos de Ganeshkumaar, "Nous avons de la chance que les parents, par ailleurs catholiques
pratiquants, n’aient pas assez de sous pour l’envoyer dans le privé."Et lui, est-ce qu'il a de la chance ? Il s'en sortira parce que plus bosseur et plus intelligent, mais en même temps, il servira de locomotive aux autres (cf un de vos billets précédents)...

ProfAnonyme 29/05/2008 13:05

Chez nous, même constat de laisser-faire de la direction, des CPE. Même démagogie... ça doit être la politique académique.Quant à Bégaudeau, chaque fois que je feuillette le livre, j'ai un malaise. Pas envie de lire ça.