Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Au collège
  • Au collège
  • : Je suis professeur d'histoire-géographie au collège Félix-Djerzinski de Staincy-en-France. Ce métier me rend malade et il fait ma fierté. Avant d'en changer, je dépose ici un modeste témoignage.
  • Contact

Compteur

Recherche

14 octobre 2007 7 14 /10 /octobre /2007 23:58

Montagne.jpgCette question, je l'ai posée à mes élèves de quatrième lors d'un contrôle. Pour y répondre, il suffisait d'avoir mémorisé les deux phrases suivantes : "Au nord de l'Europe -de la région parisienne jusqu'à la Russie- s'étend une vaste plaine fertile. Le Sud est dominé par quelques chaînes de haute montagne (exemples : Alpes, Pyrénées)." On voit que je ne cherche pas à saturer la mémoire de mes jeunes de détails inutiles ; on voit aussi que, ayant nettement abaissé le niveau de mes cours, j'ai en toute logique abaissé celui des évaluations. Désormais, tout élève ayant appris sa leçon et sachant la réciter est assuré d'obtenir la moyenne. J'ai quasiment renoncé aux questions de réflexion, qui donnaient toujours lieu à de vives protestations lors du contrôle, puis de nouveau lors de la correction : les élèves y voyaient un procédé déloyal. "Eh mais msieu, comment on pourrait savoir ça ? Vous nous l'avez pas dit !" Et quand on leur suggérait de penser, ils poussaient de profonds soupirs.

A ma question sur le relief de l'Europe, donc, sur une classe de 23 :
-9 élèves n'ont rien répondu (ou se sont bornés à recopier l'énoncé) ; 
-une élève a répondu par ce simple mot : "Les montage" ;
-3 élèves ont répondu par des formules d'un vague absolu ("Je sais qu'il y a beaucoup de montagnes en Europe et beaucoup de plaines aussi", "L'Europe a un relief très montagneux") ;
-une élève a répondu "Il est chaud mais pas très montagneux" ; un autre, "Il y a eu un sunami et des cyclones" ; un autre, "Le relief de l'europe s'agrandi de jours en jours car elle contiene des banlieus des citées".  Ces trois derniers cas me paraissent les plus inquiétants car ils laissent supposer que la notion de "relief" (expliquée en CM2 et en sixième et constamment utilisée depuis) n'est pas comprise. 
-Enfin, une seule élève a donné une réponse suffisamment complète pour mériter les deux points que valait cette question.  

Ces résultats sont d'autant plus remarquables que je me suis aperçu, à la fin du contrôle, que j'avais oublié de décrocher du tableau la grande carte murale de l'Europe physique et que, pendant que les élèves composaient, la réponse se trouvait sous leurs yeux.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

carmen 23/10/2007 17:09

Au moins , tu as un profit ; tu peux t 'amuser pendant que tu corriges les réponses de tes élèves . Pourquoi n'écris-tu pas un bêtisier ?

Devine 24/10/2007 10:28

Cher Carmen,
Il me serait difficile d'écrire un bêtisier car, sauf rares exceptions, la bêtise n'est pas drôle.

Armand 15/10/2007 08:38

Cher Devine,
Je crois que c'est une évolution, style "Darwin inversé".
J'ai profité des débuts de la chose.
Voici les différentes étapes, dans l'ordre chronologique...
1) Le prof demandait ce qu'il voulait à l"examen. (L'horreur totale.)
2) Le prof proposait des questions à choix multiple. (On avait une chance sur quatre d'avoir la bonne réponse.)
3) Le prof donnait la liste de questions à choix multiple (avec les réponses) plusieurs jours avant l'examen et ne pouvait, par la suite, "sortir du menu". (Avec de bonnes "antisèches", il n'y avait pas de problèmes majeurs.)
Y a-t-il eu de nouvelles améliorations depuis?
J'imagine, part exemple:
"Comment se porte ta Maman?" (Choix entre "bien", "mal" et "je ne sais pas".) Mais, pour ne défavoriser personne, toutes les réponses seraient "correctes"!
Amitiés

Devine 15/10/2007 18:57

Cher Armand,
J'ai commencé à introduire, dans mes évaluations, quelques QCM. C'était à l'origine pour permettre aux enfants incapables d'écrire en français de ramasser quelques points et d'éviter qu'ils ne se découragent. Mais le problème, en plus de la langue, est que beaucoup d'élèves 1) n'écoutent pas 2) n'apprennent pas. Aucune évaluation qui convienne à ce public -même si je sais que certains de mes collègues achètent la paix de leurs classes en posant des questions du genre, "Quel est le titre du texte ?"